26 mai 2007

Fred the Clown de Roger Landridge (Fantagraphics)

G9241

Si Voltaire avait bossé chez Arlette Gruss, Candide se serait appelé Fred the Clown. Côtoyant le malheur comme d'autres Laurent Weil sur la Croisette (ce qui revient un peu au même en fait), Fred ne subit pas seulement tout la misère du monde mais il se l'inflige en plus à lui même de par sa naïveté et sa bêtise crasse. De naufragé insulaire à amoureux sans cesse rembarré, il est un peu celui dont tout le monde rit, le centre de toutes les moqueries qui fait disparaitre presque toute estime de soi. Bref, Fred il a mal à la vie.
Et c'est avec ce personnage quasi-muet et totalement incapable que Roger Landridge occasionne un bon nombre de rires, sourires et fou rires.

Après Zoot Suite et sa recherche du non-sens de la vie, l'ami Roger; à qui on ne propose aucun projet, décide de lancer un site internet pour lequel il jure de dessiner un comic-strip par semaine. Hotelfred.com est né. Des numéros de Fred the Clown regroupant les strips suivront et tout ce beau bordel sera regroupé en 2004 dans une intégrale n&b chez Fantagraphics qui décidément n'en ratent pas une.
Aucune page ne se ressemble, à l'humour le plus noir s'acharnant sur le pauvre Fred succède la joyeuse stupidité de gags volontairement idiots, mais le sentiment qui traverse la globalité de l'oeuvre est une douce poésie mélancolique qui permet de s'attacher au personnage. Rire et pitié se mélange à travers les gags nombreux et variés qui parsèment le bouquin.
La variété, on la doit à la volonté de Landridge de créer un imaginaire ajoutant à la crédibilité du personnage, et surtout à son envie de se faire plaisir. Pour cela il s'est dit que TOUT pouvait servir de base à la narration des différentes historiettes : acrostiches, poésie, proverbes, livres pour enfants (avec un joli pastiche du Max et les Maximonstres de Maurice Sendak), mots croisés, théâtre shakespearien, pubs, recettes de cuisines... Fred the Clown est une oeuvre protéiforme qui navigue entre humour très littéraire jonglant avec les mots et longues histoires muettes rythmées par la virtuosité du découpage.

classicfred750_003

classicfred750_018

classicfred750_020

Ca commence avec une sublime supercherie où Landridge explique à travers un long texte et exemples à l'appui que le monde du neuvième art ne serait pas ce qu'il est sans Fred the Clown. Il nous montre l'évolution du personnage de sa naissance à la fin du 19ème siècle jusqu'à nos jours, racontant les batailles entres les différents dessinateurs, chacun ayant un style ressemblant étrangement à des auteurs plus connus. La famille Illico de George MacManus, Little Nemo de Windsor McCay, Krazy Kat de George Herriman ou encore l'oeuvre de Robert Crumb ne seraient donc que de pâles copies des aventures de Fred the Clown. Honte à eux.
En plus d'être bien senti, cette partie montre l'incroyable talent de caméleon de Landridge s'adaptant impeccablement à tous les styles graphiques. Son sien à lui étant ultra dynamique et cartoonesque, mixé avec l'humour à froid, je comprends qu'on puisse ne pas accrocher du tout mais si on se donne la peine ça vaut vraiment le coup d'oeil.

classicfred750_025

classicfred750_030

L'avis de Fred sur la question :





Roger Landridge continue de dessiner des strips de Fred sur son site en plus d'avoir créé une gallerie de personnages assez rocambolesques :
http://www.webcomicsnation.com/rogerlangridge/

Posté par dirty_flichty à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Fred the Clown de Roger Landridge (Fantagraphics)

Nouveau commentaire