26 mai 2007

Bone de Jeff Smith

Le fait que la barre, là-bas, au-dessus, arbore les personnages attachants de Bone ne veut en aucun dire que j'apprécie cette série.
Ca signifie que j'en suis amoureux.
Et non, Bone ne ressemble pas à Casper.

Image IPB



Ca parle à peu près de ça :
Fone Bone (héros et romantique), Smiley Bone (rigolo et excentrique) et Phoney Bone (cupide et malhonnête) ont fuit Boneville suite aux malversations commises par ce dernier. La vallée dans laquelle ils arrivent va être la source de multiple rencontre dont Thorn, charmante jeune fille vivant dans une ferme avec sa grand-mère. Des rats-garous vont alors tenter de ramener Phoney à leur maître sans que les Bone ne sachent pourquoi. A partir de là, de vieilles histoires vont remonter à la surface, bouleversant la vie si tranquille jusque là des habitants de la vallée.

Ancien animateur de chez Disney, Jeff Smith crée Cartoon Books en 1991 afin d'auto-éditer sa propre série qui lui trotte alors dans la tête. Il n'oublie d'ailleurs pas d'où il vient puisque de son aveu himself, les personnages principaux sont un hommage à Carl Barks (Fone Bone = Mickey, Smiley Bone = Dingo et Phoney Bone = Picsou). Ses autres influences étant Pogo de Walt Kelly et Le Seigneur des Anneaux de Tolkien.
Bone s'est achevé en 2004 au bout de 1336 pages intenses et épiques qui continuent de faire frétiller ma möelle épinière. Parue en 55 numéros rassemblés en 9 TPB, la série mêle de façon osmotique aventure humoristique et heroic-fantasy, le tout magnifié par un dessin en n&b remarquable de maîtrise et de sobriété. Dès les premières pages, Smith a trouvé sa patte et la qualité ne baissera jamais. Graphiquement comme scénaristiquement, son don de raconteur d'histoire étant mis à contribution de façon éreintante du début à la fin.
D'abord propice à la déconnade avec ses personnages à gros nez hauts en couleur qui s'engueulent et alignent gaffe sur gaffe, Bone se fait de plus en plus sombre et mystérieux pour se transformer en un gigantesque ride aux péripéties s'enchainant sans discontinuer où se croise humour burlesque, aventure, drame sombre et tortueux et combats dantesques. Son acharnement paye puisqu'il collectionne les Harvey Awards et les Eisner Wards, soit les récompenses les plus prestigieuses de la profession.
De mémoire de lecteur, je n'ai jamais autant été happé par un univers fictionnel que dans Bone, comme l'impression que l'auteur écrivait pour moi et pour moi seul en sachant exactement ce que je voulais et ce que j'aimerais lire/voir à tel moment. De mémoire de lecteur, rarement j'ai autant ri à haute voix que devant l'enchainement parfait des cases amenant les gags et les dialogues aux répliques acérées. Le sens du timing comique est impeccable. Rares sont les BD's qui m'enthousiasment autant rien que d'en parler.Bone en fait partie.
(bon je vais arrêter là, je risquerais de devenir vulgaire, de parler de massages sexuels devant des couvertures de TPB, enfin bref)

Image IPB



Quelques couvertures afin d'égayer en couleur ce fort joli texte :

Image IPB Image IPB Image IPB Image IPB Image IPB



Delcourt a bouclé la série l'année dernière en 11 tomes de très bonne qualité même si la traduction des derniers est plutôt aléatoire (un des objets important change plusieurs fois de nom par exemple).
Pour les anglophones (de toute façon le niveau de langue est pas incroyablement élevé), Bone est dispo en intégrale à un prix ridicule.

Image IPB



En parallèle, mais toujours en rapport avec la saga, il existe deux one-shots de qualité moindre mais tout aussi agréables à lire :
Big Johnson Bone (Stupid, Stupid Rat Creatures) qui relate l'histoire du fondateur de Boneville et ancêtre des 3 "héros" lorsque il arrive dans la vallée et Rose (sur des dessins de Charles Vess) relatant la jeunesse de Gran'Ma Ben.

Bone est réedité depuis 2 ans dans une version colorisée et un format plus petit clairement destiné aux enfants. Les couleurs sont pas des plus réussies (trouve-je) et de toute façon le charme passe avant tout par le n&b.
Delcourt s'y est mis au début de l'année.

Niveau produits dérivés, en dehors des classiques figurines et autres lunch boxes, un jeu vidéo suivant les TPB ricains est développé par Telltale Games. Le deuxième volet est sorti, c'est loin d'être extraordinaire et honnêtement, ça présente pas trop d'intérêt si on est pas fan de la BD, mais si c'est le cas, c'est assez cool en fait.
Telltale s'occupe également du second volet de Sam & Max, arlésienne qui sortira peut-être en 2012.
http://www.telltalegames.com

Et pour finir, le site/blog de Jeff Smith avec plein d'infos sur la série (mais normalement ce post est ultra-complet en plus d'être nominé pour le prochain Goncourt) :
http://www.boneville.com

Bone va bientôt être ton meilleur ami.

Posté par dirty_flichty à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Bone de Jeff Smith

Nouveau commentaire